mardi 24 novembre 2015

Devenir moins Humain pour dépasser l'Humain en nous, l'autre chemin de l'Amour?

Tous les mal aimés de la Terre le savent, leur quête est l’Amour. Etre aimé pour soi, recevoir la tendresse inconditionnelle, l’attention pleine de chaleur, ressentir que, pour un autre que Soi, on est si important.

Alors que ce monde vit dans l’angoisse, que tous essaient de combattre l’horreur en  cultivant le rire et la légèreté de l’être, on pourrait penser bien nombriliste ma réflexion sur la soif d’Amour de l’humain.

C’est ma manière à moi de continuer à faire tourner la roue, sans me figer comme le voudraient ceux qui jouent avec la Vie de l’Autre au bout de leur fusil ou le doigt sur le détonateur.

Parce que ces temps ci je perds des êtres pour qui je suis si chère, des êtres qui m’ont apporté tant de chaleur et d’Amour, je plonge dans cette interrogation particulière qui touche à  notre chemin et à notre quête.

Quelle est la Voie de l’Humain? Est ce trouver ou chercher toute sa vie ce nid de tendresse que l’on reçoit quand on est vraiment, profondément, inconditionnellement aimé?
Ou est ce de se détacher de notre face humaine, dépasser le besoin de cet Amour là et ne garder peut être que l’Amour qui est à l’origine de tout ce qui est, l’Amour qui anime la Lumière.

Plus mon chemin avance, plus je me détache du besoin humain d’être aimé par l’humain. Suis je devenue une espèce de monstre? Je ne crois pas. L’Amour que je reçois est animal. Il est indéniable que l’animal aime sans condition, avec tendresse, douceur, attention.
J’ai déjà donc passé une étape éventuelle. Je n’ai plus besoin qu’un autre humain m’aime. Aussi terrible que cela puisse sembler à celui ou celle qui lira, je n’éprouve plus ce besoin de mon semblable.

Mais il me reste tout de même ce besoin d’Amour que me procure le compagnon à quatre pattes qui vient jouer dans ma vie. Et avec, la terrible douleur de sa perte brutale. Mais ce n’est pas lui que je pleure, lui il va continuer et revenir, et vivre autre chose, c’est sur moi que je pleure. C’est la mal aimée de toujours qui exprime ce vilain trou caché.

Comme à chaque fois que quelque chose de terrible m’arrive, je pense que dans la Lumière, il y a un enseignement à tirer. Lequel est ce cette fois ci ? La question a donné cette interrogation.

Devons nous nous accomplir en humains? Notre chemin est il d’être « heureux ensemble »?  Ou devons nous dépasser notre humanité pour rejoindre un état plus proche de l’âme au delà de la vie? Perdre le sentiment d’Amour exprimé à travers notre enveloppe de chair?

Je penche sur le cheminement qui nous détachera de notre Amour humain. Parce que, plus je me détache, plus l’Amour que j’éprouve pour mon prochain, loin de s’éteindre, prend une sorte de hauteur.  Il me rend en même temps plus « dure » parce que neutre, moins accessible parce que moins touchée, mais bien plus aidante parce que remplie de la capacité à prendre en compte ce qui lui fait mal.

Se déshumaniser pour devenir enfin Humain avec tout le sens noble que nous pouvons donner à ce mot, puisque,je crois, notre chemin est de reprendre conscience que nous sommes Lumière, cela me semble bien la route que nous avons choisi de tracer.

Cette réflexion est de celle qu’il me semble toujours bonne de partager, parce qu’elle parle de et à l’âme. Aussi je vous l’ai posé.

Plein de Lumière!
Mao

lundi 16 novembre 2015

Ne laissons pas les barbares gagner

La mort innocente, injuste, où qu’elle frappe est intolérable.

L’arme du terrorisme sera toujours la peur amenée par l’horreur.

J’entends mes compatriotes, je les lis, atterés, choqués.
La France, après la tuerie de janvier, découvre que nul sur cette planète n’est à l’abri.

Et pourtant, les chiffres, terribles chiffres parlent. 33000 morts dans le monde au prétendu nom dune religion et d’un Dieu que ceux qui assassinent en son nom méprisent.

La religion musulmane est religion de Paix et d’entraide. Le Coran interdit de tuer.

Combien demain, parce qu’ils portent un nom à consonance arabe, couvrent leurs cheveux d’un voile ou ont tout simplement un visage qui dit une origine plus lointaine vont être regardé avec méfiance? Combien vont souffrir de ce que ceux qui crachent leur haine au nom de la Foi leur imposent?

Saurons nous tirer de cette horreur un autre regard sur tous ceux qui arrivent, fuyant par la mer ou la terre, la même terreur sanglante?

Saurons nous, au lieu de regarder l’autre comme notre ennemi lui tendre la main et avancer ensemble pour faire front contre la barbarie?

Les guerres de religion sont nées du fanatisme. La Paix nait de la tolérance. Ma mère s’appelle Maria. Elle est née étrangère, son prénom le dit. Pourtant depuis bien longtemps, elle est française.

S’appeler Mohammed ou Kamel ne  changent rien à sa nationalité. Mais j’ai peur, comme beaucoup, que le ferment de la haine ne se répande ici aussi.

Il y a quelques siècles, on tuait l’autre parce qu’il était protestant, bien plus près parce qu’il était juif. Ne tendons pas cette fleur aux terroristes de Daech, ne rejetons pas nos frères musulmans.

Nos enfants, eux, dans les cours d’école ne le font pas.
Apprenons d’eux la sagesse du partage, la reconnaissance de l’autre en oubliant sa différence.

Le monde de demain, c’est eux qui sont capables de le construire. Prenons en de la graine, pour, qu’en ayant fini enfin avec la folie barbare de « l’état islamique » ce monde puisse trouver le repos et le chemin de la Paix entre les peuples.

Seigneur, accueillez les âmes des victimes et apaiser les cœurs de ceux qui restent.

Que la Lumière soit.
Plein de Lumière!
Mao